Canada and Haiti: Letter to Standing Committee on Foreign Affairs and International Development

Canada in Haiti: Appeal for more humanitarian assistance and less political interference

Version française ci-dessous ainsi qu'ici.
Vancouver BC, Toronto ON
November 15, 2011

To: Members of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, House of Commons
Re: Commentary on your meeting of October 18, 2011 concerning Haiti

Dear Members of the Committee,

We are writing to you on behalf of the Canada Haiti Action Network (CHAN) in response to your two-hour meeting of October 18 in which you took evidence and discussed the situation in Haiti. In our view, the evidence you received on October 18 did not describe as fully as needed the urgent and complex situation in Haiti.

A CHAN fact-finding delegation to Haiti in June 2011 produced a 17-page report that was e-mailed to you on September 16.[1] In this report, we outline serious concerns about the state of aid and reconstruction in Haiti as reported to us by those with whom we met in Haiti, including civil society and professional organizations as well as representatives and residents of six displaced-persons camps.

The concerns that we heard are more compelling than ever as time goes on and as conditions in some important areas stagnate or deteriorate. We outline seven areas of concern below, sometimes elaborating upon but other times contrasting what was reported to your committee.

1. Housing and shelter
Reported: The housing situation is slowly improving.
Fact: 600,000 Haitians still living in camps, many more moved back into unsafe homes or unplanned settlements, and home or shelter construction slow or non-existent.

Progress remains painfully slow. Six hundred thousand people are still living in the camps of earthquake displaced persons. To this can be added hundreds of thousands more people, including:

  • Those who have moved back into condemned or severely damaged homes. The only rigorous survey of these numbers was conducted in early 2011.[2] At that time, 64% of the estimated 80,00 condemned buildings (red coded) and 85% of the estimated 99,000 severely damaged (yellow coded) buildings had been re-inhabited.
  • The mass migration of people into unplanned settlements surrounding the planned but stalled settlement of Corail Cesseless to the north of Port au Prince. While the official Corail site houses some 7,000 or so residents, the surrounding unofficial settlements (Canaan, Jerusalem, Onaville), to which no services are to be delivered by decision of the Haitian government, number in the many tens of thousands and are still growing.
  • Those who have moved out of the earthquake zone, placing demands on already under-serviced areas of Haiti.

Mr. McCort of CARE Canada presented a rather positive interpretation of the situation with damaged homes (0955 mark), stating that retrofit work was underway. But retrofits are happening in exceptionally small numbers and only by those with funds to afford them (that is, a minority of the population). Former U.S President Jimmy Carter commented on November 7 during a one-week visit to Haiti on behalf of Habitat Humanity that little permanent housing for Haiti’s poor majority is in evidence.[3]

Mr. McCort and Mr. Sauvé of the Canadian Red Cross (CRC) spoke of the temporary shelters that have been built in Haiti, numbering several tens of thousands. This is an important achievement, but the number is nonetheless dwarfed by the numbers of displaced still requiring shelter, leave along permanent housing. And, the task of repairing homes and building new ones, by which is necessarily included the revitalization of neighbourhoods and communities, is arguably still at beginning stages.

Mr. Sauvé indicated a big problem confronting home construction in Haiti (1030), which is the sourcing of building materials. One of the consequences of the damage and destruction to Haiti’s national economy over recent decades has been the decline of its building materials and house construction capacities. (The country’s only cement-producing factory, CINA, was once the largest of its kind in the Caribbean. It was privatized in 1999 under U.S. pressure and currently operates under Columbian ownership; to what degree, we do not know.) The international shelter assistance effort must devote resources to improving Haitian capacity to produce building materials from local sources.

2. Health care:
Reported: Cholera, at least in camps, is under control.
Fact: Despite post-earthquake successes in health care, cholera threatens a large number of Haiti’s poor and vulnerable.

While the story of health services in Haiti can be said to be one of the success stories of post-earthquake aid, the situation remains perilous. The most recent bulletin of the Office of Coordination of Humanitarian Affairs of the UN [4] presents an alarming description of the health conditions and trends in Haiti's earthquake survivor camps and in overall cholera treatment and prevention in the country. You can read a summary of the report in this footnoted link.[5]

The situation remains perilous with the cholera epidemic. Mr. McCort reported to you (1040), “One thing worth noting is that the cholera epidemic occurred 10 months after the earthquake and was largely prevented through effective coordination by international humanitarian agencies in the IDP camps.” He was referring to conditions in the camps of survivors. We don’t have exact figures for cholera in the camps and accept his claim. But in Haiti overall, an astounding 5% of the population has been stricken with cholera and more than 6,500 have died. It is the largest cholera epidemic in the world in many years.

To cite two statistics of concern in the aforementioned OCHA bulletin:

  • At the beginning of 2011, there were 128 international organizations providing assistance for cholera treatment and prevention. By August, the number had declined to 48 organizations.
  • By August, the number of people in the camps with easy access to potable water had declined to only seven percent.

Haiti’s water authority, DINEPA, has announced it is ending potable water delivery to 17 camps at the end of November due to declining funds.

We are concerned with the paucity of information provided to the Committee concerning the exact scope of cholera prevention services being provided by the CRC. And we have a specific concern about the cholera treatment center (CTC) established by the CRC in Carrefour (district of Port au Prince) in December 2010. Mr. Sauvé (1010) and Ms. Norton of CIDA (0935) reported to you that the Carrefour CTC continues to operate, now under the auspices of the Haitian Red Cross (HRC). But we visited the site of the center on June 28, 2011 and discovered that it had been closed more than two months earlier. An HRC official confirmed this to us, as did a director of the neighbouring CTC operated by Doctors Without Borders.

The HRC representative told us that her agency was unsuccessful in convincing the CRC to keep the center open. In May, cholera cases in Carrefour soared following heavy, seasonal rains. (The district is particularly prone to cholera due to the large amounts of water that pool in the streets as a result of broken water mains and pour drainage of rainwater.)

The website of the CRC continues to state that the center in question was successfully transferred over to management by the HRC.[6] We were unable to receive a satisfactory explanation from the CRC office in Ottawa when we phoned about this discrepancy following our return from Haiti.

The three largest international providers of health care in Haiti are the medical mission of the Government of Cuba, the global health agency Partners In Health and its Haitian Partner, Zanmi Lasante, and Doctors Without Borders. All three providers work closely with the Ministry of Population and Public Health of the Government of Haiti. Two of them–Cuba and PIH/ZL—have for many years now been training Haitians to become doctors, nurses and other health professionals. Cuba’s role in Haiti health care is recounted in a just-published article in the New York Times; among other facts, it reports that the death toll from cholera in the areas served by the Cuban mission is a fraction of the country-wide rate.[7]

At the March 31, 2010 International Donors Conference on Haiti, the Government of Cuba proposed a bold plan to establish a comprehensive, public health care system in Haiti.[8] PIH/ZL will soon open its second training hospital in Haiti (located in Mireblais, just north of Port au Prince) and it is undertaking the first, large scale vaccination program against cholera. We suggest that one or more of these organizations be invited to your next session on Haiti to provide additional overview of the health situation and needs in Haiti.

3. Food and nutrition:
Reported: Access to food has stabilized.
Fact: Food insecurity, a severe problem before the earthquake, has worsened.

Ms. Kleschnitzki of UNICEF Canada reported to the Committee (1010) that, “the nutrition situation was stabilized” in Haiti in 2010. But in 2011, nutrition indicators are far from stable.

The aforementioned OCHA bulletin reports that according to a national survey conducted in April and May of this year by the National Coordination for Food Security in Haiti, nearly one million people have no regular access to basic food staples and 4.5 million Haitians, approximately half of the population, are food insecure. That's up from somewhere between 2.5 and 3.3 million food insecure people one year ago and 1.9 million in July 2009.[9]

4. Human Rights:
Reported: President Martelly and Canada are committed to rule of law in Haiti.
Fact: Jean Claude Duvalier has yet to face justice, prisoners are living in abhorrent conditions, and President Martelly wants to re-establish the Haitian Army.

The issue of human rights was not examined in detail by your session. We urge you to take a close look at this aspect of the situation in Haiti at your earliest convenience and to invite the human rights organizations of Haiti to report to you.

Mr. Allen of DFAIT reported (0855) that Haiti’s recently elected president, Mr. Martelly, has a strong commitment to “rule of law” in Haiti. And, “Canada has already invested significantly in the rule of law” (since 2006).

As our June fact-finding report examined in some detail, the human rights situation in Haiti remains very troubling:
* The former dictator of Haiti, Jean Claude Duvalier, has returned from exile and lives in a state of near-impunity. To date, the Haitian justice system has been unable to bring him to trial for grave human rights violations during his tyrannical reign.
* Conditions in Haiti’s prisons are appalling. They are grossly overcrowded, a dire threat to human health, and an estimated 80% of prisoners are in preventive detention. Currently, 13 police officers are on trial in Les Cayes on charges of perpetrating a massacre of prisoners in the days following the earthquake.[10] Government, police and international officials attempted to cover up the massacre.
* Michel Martelly has drafted plans to restore the Haitian Army, an institution that was dissolved in 1995 by then-President Jean-Bertrand Aristide due to its long and exclusive history as a human-rights violating agency.
* President Michel Martelly has surrounded his office with advisors from the time of the Duvalier tyranny.[11]
* On October 27, in a violation of the protection afforded to elected members of the Chamber of Deputies and Senate of Haiti by the Haitian Constitution, Chamber Deputy Arnel Bélizaire was arrested and imprisoned for 24 hours. The arrest followed a verbal altercation between the deputy and President Martelly two weeks earlier during which the President swore to have the deputy arrested.[12]

Canada has invested heavily in police and judicial institutions in Haiti during the past five years, and stretching back long before that, but there is little evidence that this investment has produced justice for the Haitian people. Indeed, the submission by Canada to the Universal Periodic Review session on Haiti of the UN Human Rights Council on October 13, 2011 acknowledges the failings of judicial, police and prison institutions in Haiti. (We hope this brief will be made available to members of the committee and posted to a publicly-accessible website.)

5. Foreign military occupation:
Reported: MINUSTAH is essential to Haiti’s security.
Fact: MINUSTAH is becoming increasingly unpopular and stands accused of suppression of political expression, killings of community leaders and innocent bystanders, sexual assault or enticement of women and girls, and cholera.

Mr. Allen reported that “despite some recent criticisms” of the UN Security Council police/military force in Haiti (MINUSTAH), its presence remains “essential” for the future of Haiti. We ask, “Essential to whom?” Growing numbers of Haitian people are demanding that the force be withdrawn, for reasons that include:

* According to many critics and a recent study on the subject, MINUSTAH’s very presence in Haiti is a violation of international and Haitian law.[13]
* The force stands accused of suppression of political protest and violent attacks and killings of political dissidents, particularly, but not limited to, the period of 2004-06.
* The force has a record of sexual assault against Haitian citizens. In November, 2007, 108 members of its Sri Lanka contingent were withdrawn from Haiti amidst allegations of sexual crimes, including enticement of Haitian girls. Five members of Uruguay’s MINUSTAH mission were withdrawn from Haiti last month and are standing trial in Uruguay for the sexual assault of a Haitian teenage boy in July 2011. (This is a rare case of MINUSTAH soldiers facing justice for alleged crimes committed in Haiti–the ‘Status of Forces’ agreement that governs MINUSTAH’s conduct in Haiti specifically exempts its members from being subject to Haitian law.)
* Perhaps most gravely, MINUSTAH stands condemned of negligence in the introduction of cholera to Haiti by its Nepalese contingent in October 2010. A lawsuit by 5,000 victims of cholera was initiated on November 8, 2011.[14]

There is growing pressure by their populations on the governments of Latin America that participate in MINUSTAH to end their participation in the mission.

6. Education
Reported: Plans to subsidize education.
Fact: Less than half of children in displacement camps are in school.  

According to OCHA, only 48% of children in the displaced camps are in school. Prior to the earthquake, this was the national rate of children in school.

According to the “Let’s Talk Development” blog of the World Bank, 80% of Haiti’s schools, approximately 4,200 in number, were damaged or destroyed by the earthquake,. Only 18% of damaged schools have been repaired or rehabilitated, according to OCHA. UNICEF reports on its website, “It is hoped 200 semi-permanent schools across the country will be reconstructed by the end of June 2011.”

Ms. Kleschnitzki cited 2010 figures to you concerning the numbers of students returned to school (1015). She stated that UNICEF has supported President Martelly’s initiative to subsidize school fees for 750,000 students by distributing school supplies. We note that the President’s plan, while laudable, is only just underway.

7. Women and girls
Reported: Sexual violence is being addressed at a number of levels.
Fact: Haitian women and girls are facing unprecedented social hardship, including sexual violence and inadequate security and social support.

We end this letter by bringing to your attention the truly dire conditions of women and children in the camps and in wider society. They are suffering unprecedented levels of hardship, including sexual violence. Haitian and UN police authorities have come under heavy criticism for a seeming inability to take decisive measures to provide security. A detailed, 78-page report on the condition of women and children was published by Human Rights Watch on August 31, 2011 and warrants careful reading, attention and urgent action.[15]

Conclusion
We invite member of the Committee to contact us for further information and for further reference to information sources in Haiti. We encourage you to continue periodic examinations of the situation in Haiti and to make recommendations to the Government of Canada. Please visit the website of the Canada Haiti Action Network for updates on the situation in Haiti, reports on the social and human rights situation, and links to the vital Haitian and international human rights and social advocacy organizations.

Sincerely,

Roger Annis, Haiti Solidarity BC
Vancouver BC 
Phone 778 858 5179
rogerannis(at)hotmail.com

Kevin Edmonds,
Toronto Haiti Action Committee
Toronto, Ontario 
Phone 416 892 8142
kevinedmonds1(at)gmail.com

cc Miriam Burke, Clerk of the Committee

 


Notes:
[1] Canadian Fact-Finding Delegation Reports on Post-Earthquake Haiti. En français:Une délégation d’enquête canadienne présente la situation d’Haïti après le séisme
[2] Building Assessment and Removal (BARR) Study, March 2011
[3] Jimmy Carter: Few houses built for poor Haitians, AP report, Nov 7, 2011.
[4] OCHA Humanitarian Bulletin, Sept 21-Oct. 18, 2011
[5]Health Conditions Declining Sharply in Haiti’s Earthquake Survivor Camps, Agencies Warn
[6]The Cholera Treatment Center Passes Into the Hands of the Haitian Red Cross, Canadian Red Cross web posting, April 18, 2011
[7]Cuba Takes Lead Role in Haiti’s Cholera Fight, New York Times, Nov 7, 2011
[8]Cuba Presents a Bold Plan for a Comprehensive Health Care System in Haiti
[9]See also, “Food Security: Key Statistics, prior to the earthquake in January 2010”, by the Office of the Special Envoy on Haiti.
[10]Haitian Inmate Recalls Police Shooting in Closely Watched Trial, Washington Post, Nov 7, 2011. And, listen to a Nov 10, 2011 story on CBC Radio One’s Dispatches with the New York Times reporter who broke the story of the massacre.
[11]Haiti government links to old regime prompt scrutiny, Miami Herald, Oct 14, 2011
[12]The Arrest of Deputy Arnel Bélizaire
[13]MINUSTAH: Keeping the peace, or conspiring against it? A review of the human rights record of the United Nations Stabilization Mission in Haiti, 2010-2011, published Oct 4, 2011
[14]Over 5,000 Haitian Cholera Victims Sue UN, Seeking Justice, Nov 8, 2011
[15]"Nobody Remembers Us": Failure to Protect Women’s and Girls’ Right to Health and Security in Post-Earthquake Haiti, by Human Rights Watch, August 30, 2011.


Le 15 novembre 2011

Aux Membres du Comité Permanent des Affaires Etrangères et du Développement International, Chambre des Communes:

Commentaires en réponse au rapport de votre réunion du 18 octobre 2011 concernant Haïti. (Traduction de notre lettre originale en anglais).

Cette lettre est préparée par nous, des représentants du Réseau de solidarité Canada Haïti (Canada Haiti Action Network--CHAN), afin de vous communiquer nos préoccupations suite à votre discussion le 18 octobre dernier consacrée à la situation en Haïti. A notre avis, les témoignages que vous avez reçus ce jour-là ne transmettent pas adéquatement la complexité et l’urgence de la situation là-bas.

Nous vous avons envoyé le 16 septembre par courriel un rapport de 17 pages rédigé par les membres d’une équipe de notre réseau qui a observé la situation sur place au mois de juin 2011[1]. Ce rapport résume les soucis sérieux exprimés par des personnes rencontrées là-bas sur l’état inquiétant de l’aide pour la reconstruction d’Haïti. Nous avons consulté des représentants d’organismes non-gouvernementaux et professionnels aussi bien que les organisateurs et des résidents de six camps pour personnes déplacées.

Nous constatons que les problèmes deviennent de plus en plus graves au fur et à mesure que le temps passe et la situation stagne ou se détériore. Ci-dessous vous trouverez le résumé de nos informations, qui complètent ou parfois contredisent celles transmises à votre comité.

1. Logement/ hébergement temporaire.

Selon votre rapport, la situation s’améliore lentement.

Fait: 600,000 Haïtiens vivent encore dans des camps temporaires et ceux qui occupent des bâtiments dangereux ou des logements improvisés insuffisants sont encore plus nombreux; la construction de nouveaux logements est extrêmement lente ou non-existante.

Les progrès sont d’une lenteur exécrable. Aux 600,000 qui habitent encore des camps d’urgence prévus pour les personnes déplacées par le séisme il faut ajouter plusieurs centaines de milliers sans logement convenable, dont:

  • ceux qui ont réintégré des maisons condamnées ou sérieusement endommagées. Le seul rapport fiable, datant de 2011[2], a révèlé que 64% des 80,000 bâtiments condamnés (code rouge) et 85% des 99,000 environ qui sont gravement endommagés (code jaune) sont effectivement habités.
  • La migration massive vers des camps improvisés autour du projet planifié mais jusqu’ici non-réalisé de Corail Cesseless, au nord de Port-au-Prince. Tandis qu’environ 7,000 personnes occupent le site officiel, les campements adjacents non-officiels (Canaan, Jerusalem, Onaville) hébergent des dizaines de milliers (nombre qui ne cesse pas de croître). Suite à une décision du gouvernement haïtien, ces zones ne reçoivent aucun service.
  • Ceux qui ont quitté les zones sinistrés, dont la présence aggrave la situation dans d’autres régions où les services étaient déjà inadéquats.

M. McCort, représentant de CARE Canada, vous a présenté une interprétation de la situation en ce qui concerne les maisons endommagées (0955) qui nous paraît excessivement positive. Il prétend que les réparations se poursuivent, mais le nombre en est minime et seulement une petite minorité de la population a les moyens de les entreprendre. L’ex- Président des E-U, Jimmy Carter, a remarqué au cours d’une visite d’une semaine en Haïti reliée au travail de Habitat for Humanity (le 7 novembre 2010) que la construction de logements permanents pour les plus pauvres est presque inexistante[3].

M. McCort et M. Sauvé de la Croix Rouge (Canada) ont mentionné les dizaines de milliers d’abris temporaires construits à Haïti. La quantité est impressionnante mais ne suffit pas, de loin, à combler la demande, sans parler du besoin de logements permanents. La tâche de reconstruction des bâtiments et des communautés ne fait que commencer.

M. Sauvé (1030) indique un des problèmes principaux: la pénurie de matériaux de construction est une des conséquences de la destruction de l’économie nationale au cours de plusieurs décennies. La seule cimenterie du pays, CINA (qui a été la plus grande aux Caraïbes), privatisée en 1999 sous l’influence américaine, appartient maintenant à des Colombiens et ne fonctionne pas à fond. Les efforts internationaux pour assurer la construction de logements convenables doivent commencer par l’amélioration de l’accès local aux matériaux essentiels.

2. Les soins médicaux

Selon votre rapport le choléra est sous contrôle, du moins dans les camps.

Fait: Malgré des succès dans le domaine de la santé depuis le séisme, le choléra constitue encore une menace pour un grand nombre d’Haïtiens pauvres et vulnérables.

L’amélioration des services de santé peut être considérée comme un des rares succès parmi les efforts internationaux après le séisme, mais la situation demeure néanmoins dangereuse. Le bulletin le plus récent du Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires de l’ONU[4]dépeint les conditions sanitaires dans les camps pour survivants comme déplorables et souligne le besoin de continuer le traitement et la prévention du choléra. Un résumé de ce rapport est disponible en ligne[5].

La situation en ce qui concerne l’épidémie de choléra reste extrêmement grave. Selon le rapport de M. McCort, “Il faut noter que cette épidémie a eu lieu dix mois après le séisme et aurait été pire sans la coordination efficace des efforts des différents organismes internationaux dans les camps”. Nous n’avons pas de statistiques précises à notre disposition en ce qui concerne les camps et acceptons donc ce jugement. Pourtant, si on considère le pays entier une proportion phénoménale de la population totale (5%) a été atteinte et plus de 6,500 personnes sont mortes du choléra. Il s’agit de la plus grande épidémie de cette maladie dans le monde depuis bien longtemps.

Nous citons deux éléments statistiques inquiétants du bulletin de la OCHA mentionné ci-haut:

  • Au début de 2011, 128 organisations internationales fournissaient de l’aide pour le traitement et la prévention du choléra. Au mois d’août ce nombre avait baissé à 48.
  • Au mois d’août la proportion de personnes dans les camps ayant facilement accès à l’eau potable avait diminué à 7% seulement.
  • L’organisme gouvernemental haïtien responsable de fournir l’eau a annoncé leur intention d’arrêter la livraison d’eau potable aux camps à la fin du mois de novembre 2011 puisque les fonds manquent pour la continuer.

Nous trouvons nettement insuffisantes les informations fournies à votre comité concernant l’étendue des services de prévention du choléra assumés par la Croix Rouge canadienne. Plus précisément, M. Sauvé (1010) et Mme Norton de l’ACDI (0935) vous ont assurés que le centre établi en décembre 2010 au quartier Carrefour de Port-au-Prince continue à fonctionner, dirigé par la Croix Rouge haïtienne. Pourtant, quand nous avons voulu visiter ce centre le 28 juin 2011, nous avons découvert qu’il était fermé depuis deux mois déjà. Un représentant de la CRH nous l’a confirmé, aussi bien que le directeur d’un autre centre de traitement du même quartier dirigé par Médecins sans Frontières.

La représentante de la CRH nous a dit que son organisme avait essayé sans succès de convaincre la CRC d’assurer la continuation de ce centre. Au mois de mai le nombre de cas de choléra dans ce quartier est monté en flèche à cause des pluies saisonnières torrentielles. (Le manque de drainage efficace et le mauvais état des rues aggravent le nombre et la grandeur des flaques d’eau stagnante).

Le site-internet de la CRC prétend toujours que la CRH assure le fonctionnement de ce centre[6]. A notre retour d’Haïti nous avons contacté le bureau de la CRC à Ottawa pour éclaircir la situation, sans recevoir d’explication satisfaisante.

Les trois organismes les plus importants en ce qui concerne l’aide médical à Haïti sont la Mission médicale du Gouvernement de Cuba, l’organisation internationale Partners in Health (avec son partenaire haïtien, Zanmi Lasanté) et Médecins sans Frontières. Tous les trois travaillent en collaboration étroite avec le Ministère de la population et de la santé publique (MSPP) du gouvernement haïtien. Les deux premiers forment déjà depuis de nombreuses années des médecins, des infirmières et d’autres professionnels de la santé haïtiens. Le rôle que joue Cuba est décrit dans un article récent du New York Times qui confirme, entre autres, que le taux de mortalité à cause du choléra dans les regions desservies par la mission cubaine est très réduit par rapport au reste du pays[7].

A un colloque international pour les organisations participantes dans l’aide en Haïti tenu le 31 mars 2010, le gouvernement cubain a présenté un projet ambitieux pour établir un service de santé publique compréhensif en Haïti[8]. PIH/ZL ouvrira bientôt son deuxième hôpital capable de former des médecins, à Mireblais au nord de Port-au-Prince. Cette organisation entreprend aussi la première grande campagne de vaccination contre le choléra. Nous suggérons que vous invitiez ces organisations à participer à vos prochaines consultations sur la situation en Haïti en ce qui concerne le domaine de la santé.

3. Alimentation et nutrition.

Selon votre rapport l’accès aux aliments s’est stabilisé.

Fait: l’insécurité en ce qui concerne l’alimentation, déjà un grand problème avant le séisme, s’est aggravée.

Selon votre rapport Mme Kleschnitski, représentant l’ UNICEF (Canada), vous a assuré que “la situation alimentaire s’est stabilisée” en Haïti en 2010. Cependant les informations pour 2011 indiquent le contraire. Le bulletin de l’OCHA mentionné plus haut cite un sondage national mené par l’organisation “Co-ordination Nationale pour la Sécurité Alimentaire à Haiti”. Ce sondage montre que presqu’un million de personnes n’ont aucun accès régulier aux aliments de base et 4.5 millions d’Haïtiens (environ la moitié de la population) sont privés d’une source d’alimentation sur laquelle ils peuvent compter. Ces chiffres représentent une augmentation d’entre 2.5 et 3.3 millions par rapport au mois de juillet 2009. [9]

4. Les droits de la personne.

Selon votre rapport le Président Martelly et le Canada se sont engagés à faire respecter la loi en Haïti.

Fait: Jean-Claude Duvalier n’a pas encore paru devant une cour de justice, dans les prisons les conditions sont inacceptables, et le Président Martelly compte rétablir l’armée haïtienne.

Le sujet des droits de la personne n’a pas été abordé en détail lors de votre réunion. Nous vous exhortons à examiner cet aspect de la situation à Haïti de plus près dès que possible. Les rapports venant des organismes travaillant dans ce domaine vous seraient fort utiles.

M. Allen d’Affaires étrangères et Commerces international Canada vous a assurés (0855) que le président haïtien récemment élu, M. Martelly, s’engage à “faire respecter la loi” là-bas. Le Canada prétend s’être déjà investi de façon sérieuse dans des projets visant ce but. Pourtant, notre rapport du mois de juin révèle que la situation en ce qui concerne les droits de la personne à Haïti demeure extrêmement inquiétante:

  • L’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, de retour d’exil, vit dans un état qui frise l’impunité. A date, le système de justice n’a pas pu l’inculper des nombreux crimes sérieux par rapport aux droits de la personne commis au cours de sa règne tyrannique.
  • Les conditions dans les prisons en Haïti sont épouvantables. La surpopulation présente un grand danger à la santé des prisonniers, dont 80% sont incarcérés à titre préventif. Treize policiers passent en cour présentement dans la ville Les Cayes accusés d’avoir massacré des détenus au cours des premiers jours après le séisme[10]. Le gouvernement, la police et des représentants internationaux ont tous essayé de’étouffer cette affaire.
  • Michel Martelly a le projet de rétablir l’armée haïtienne. Cette force militaire, supprimée par le Président Jean-Bertrand Aristide en 1995, avait la réputation bien méritée de se consacrer surtout à l’abus des droits de la personne.
  • Le Président Martelly s’est entouré de conseillers associés au régime Duvalier[11].
  • Le 27 octobre 2011, en contravention de la loi qui protège les membres élus de la Chambre des Députés et du Sénat d’Haïti, le député Arnel Bélizaire, a été arrêté et détenu pendant 24 heures. Cette arrestation a eu lieu deux semaines après une altercation verbale entre ce député et le Président Martelly, au cours de laquelle le Président a juré qu’il le ferait arrêter[12].

Le Canada a investi beaucoup de ressources dans le but d’améliorer les services policiers et judiciaires en Haïti, surtout depuis cinq ans mais aussi bien avant; pourtant il existe peu d’indices que ces efforts aient produit plus de justice pour le peuple haïtien. En fait, la contribution du Canada devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (le 13 octobre 2011, l’Examen périodique universel) reconnaît les problèmes typiques des institutions judiciaires haïtiennes, y compris les cours, la police et les prisons. (Il serait souhaitable que cette contribution soit disponible sur l’internet et accessible à tous les membres de votre comité.)

5. L’occupation par des forces armées étrangères.

Selon votre rapport la présence des forces militaires de l’ONU (MINUSTAH) est essentielle pour assurer la sécurité d’Haïti.

Fait: La présence des forces de l’ONU est l’objet d’une contestation grandissante de la part des haïtiens(ennes). Ces forces sont accusées de participer à la suppression de la libre expression d’opinions politiques, d’avoir collaboré à l’assassinat de leaders communautaires et d’avoir causé la mort de passants innocents. Elles sont aussi considérées responsables d’aggressions sexuelles et de l’entraînement de jeunes filles et d’avoir répandu le choléra.

Selon M. Allen, “malgré des critiques récentes” la présence de la mission militaire du Conseil de la securité de l’ONU (la MINUTAH) demeure “essentielle” pour l’avenir d’Haïti. Nous posons la question suivante: “Essentielle pour qui?” Le nombre d’haïtiens(iennes) exigéant le départ de la MINUSTAH ne cesse pas de croître. Le raisonnement découle des faits suivants:

  • Selon beauoup d’experts et une étude récente à ce sujet, la présence de la MINUSTAH représente une infraction à la loi internationale et celle d’Haïti.[13]
  • La mission est accusée de participer à la suppression des manifestations politiques et d’être responsable d’attaques violentes contre des dissidents, surtout au cours de la période 2004-06 mais aussi à d’autres occasions.
  • De nombreux instances d’aggression sexuelle contre des citoyens haïtiens sont documentés. En novembre 2007, 108 membres du contingent venant de Sri Lanka se sont retirés suite à des allégations de délits sexuels, y compris l’entraînement de jeunes filles. Cinq membres du contingent venante de l’Uruguay ont été retirés en septembre et passent en cour dans leur pays inculpés d’une attaque sexuelle contre un adolescent haïtien au mois de juillet 2011. (Il est très rare que des soldats des forces de l’ONU soient poursuivis pour des crimes dont ils sont accusés au cours de leur mission à Haïti, puisque l’accord qui gouverne leur conduite là-bas (`SOFA-Status of Forces Agreement) prévoit qu’ils seront intouchables par les lois haïtiennes.)
  • Enfin, ce qui est peut-être le plus grave, on accuse l’ONU d’avoir fait preuve de négligence en permettant l’introduction du choléra au pays en octobre 2010 à travers le contingent népalaise. Une poursuite au nom de 5 000 victimes a démarré le 8 novembre 2011.[14]
  • Les pays d’Amérique Latine qui participent à la MINUSTAH subissent des pressions exercées par leurs propres citoyens vers une retraite de la mission.

6. Education

Selon votre rapport il existe un projet pour subventionner l’éducation.

Fait: Moins que la moitié des enfants dans les camps assiste à l’école.

Selon le rapport de l’OCHA, seulement 48% des enfants dans les camps pour personnes déplacées sont scolarisés. Cela équivaut au taux national d’avant le séisme.

Selon un rapport de la Banque Mondiale (blog, “Let’s Talk Development”), 80% des écoles haïtiennes (c’est à dire environ 4 200) ont été détruites ou endommagées par le séisme. Seulement 18% de ces écoles ont été réparées ou réhabilitées, selon l’OCHA. L’UNICEF (site-internet) note l’espoir que “200 écoles permanentes seront reconstruites à travers le pays avant la fin juin 2011”.

Mme Kleschinski vous a cité les chiffres de 2010 pour le nombre d’élèves qui ont pu retourner à l’école (1015). Elle note que l’UNICEF a appuyé la promesse du Président Martelly de subventionner les frais de scolarité pour 750,000 élèves en fournissant gratuitement les matériaux scolaires. Nous constatons que ce projet présidentiel, quoique bienvenu, ne fait que commencer.

7. Discrimination et violence sexuelles.

Selon votre rapport on combat la violence sexuelle à plusieurs niveaux.

Fait: Les femmes et les jeunes filles haïtiennes continuent à subir des difficultés accrues sur le plan social, y compris des actes de violence sexuelle; les services policiers et sociaux dont elles ont besoin ne sont pas disponibles.

Nous terminons cette lettre en attirant votre attention sur les conditions de vie vraiment épouvantables qui affectent non seulement les femmes et les enfants vivant dans les camps mais aussi dans la société plus large. La vie des femmes est plus dure que jamais et elles subissent toutes sortes de violence, surtout la violence sexuelle. Apparemment ni la police haïtienne ni les forces de l’ONU ne sont capables d’assurer leur sécurité personnelle. Des critiques sérieuses à cet égard sont communiquées dans un rapport de Human Rights Watch consacré à la condition des femmes et des enfants (le 31 août 2011, 78 pages). Ce rapport mérite notre attention et devrait mener à des actions visant une amélioration de cette situation déplorable.[15]

Conclusion

Nous vous invitons les membres du comité à nous contacter pour de plus amples informations ou des références supplémentaires venant d’Haïti. Nous vous encourageons à consulter les sources les plus récentes pour vous tenir au courant de la situation là-bas et à présenter des recommandations au Gouvernement du Canada en conséquence. Notre site-internet (www.canadahaitiaction.ca) fournit des mises à jour sur la situation sociale et les droits de la personne, aussi bien que des liens avec d’autres organisations haïtiennes et internationales travaillant dans ce domaine.

Sincères salutations,

Roger Annis, Kevin Edmonds,
Haiti Solidarity BC Toronto Haiti Action Committee
Vancouver BC Toronto ON
Tél. 778 858 5179 Tél. 416 892 8142
rogerannis@hotmail.com kevinedmonds1@gmail.com


[1] Une délégation d’enquête canadienne présente la situation d’Haïti après le séisme
[2] Building Assessment and Removal (BARR) Study, March 2011(anglais seulement).
[3] Jimmy Carter: Few houses built for poor Haitians, (AP, Nov 7, 2011, anglais seulement).
[4] Bulletin humanitaire OCHA Haiti 21 sept – 8 oct. 18, 2011
[5] Health Conditions Declining Sharply in Haiti’s Earthquake Survivor Camps, Agencies Warn(anglais seulement)
[6] Le centre de traitment du choléra de Carrefour passe entre les mains du Croix-Rouge haïtienne, site web de la Croix-Rouge canadienne, 18 avril 2011.
[7] Cuba Takes Lead Role in Haiti’s Cholera Fight, New York Times, Nov 7, 2011 (anglais seulement).
[8] Cuba Presents a Bold Plan for a Comprehensive Health Care System in Haiti(anglais seulement).
[9] Voir aussi le rapport “Food Security: Key Statistics, prior to the earthquake in January 2010”, provenant du Bureau de l’Envoyé Spécial à Haïti (anglais seulement).
[10] Haitian Inmate Recalls Police Shooting in Closely Watched Trial, Washington Post, le 7 novembre 2011. Dans l’émission “Dispatches” de la CBC du 10 novembre 2011 Nov 10, 2011 story on CBC Radio One’s Dispatchesun journaliste du New York Times confirme l’origine de ce rapport. (Anglais seulement).
[11] Haiti government links to old regime prompt scrutiny, Miami Herald, le 14 octobre 2011(anglais seulement).
[12] L'arrestation du député Arnel Bélizaire.
[13] MINUSTAH: Keeping the peace, or conspiring against it? A review of the human rights record of the United Nations Stabilization Mission in Haiti, 2010-2011, publié le 4 octobre 2011 (anglais seulement).

PreviewAttachmentSize
Letter to Standing Committee Nov 2011 web.pdf182.62 KB