Cinq membres de la famille d'un militant syndical assassinés par balles

Sources: AHP (article ci-dessous), Radio Télévision Caraibes puis Radio Kiskeya (article ci-dessous)

AHP, le 13 mars 2012--Il s'agit de membres de la famille de Réginald Antoine, coordonnateur adjoint de la plateforme des employés injustement révoqués de l'administration publique (PEVEP) à l'arrivée du régime intérimaire de Gerard Latortue en mars 2004. L'attaque a été perpetrée mardi matin au domicile des victimes, Claudy Antoine, sa soeur et son mari ainsi que deux enfants de 2 et 10 ans, dans le quartier de l'Avenue N à Port-au-Prince.

Des informations voudraient que le quintuple crime ait été perpétré par une sorte de fou évadé de prison qui aurait eu un contentieux avec Claudy Jean. Cependant, selon des témoignages, le forfait a été commis pa plusieurs  hommes armés qui ont même utilisé des armes à feu et des engins explosifs pour sans doute s'assurer que plus personne ne reste en vie dans cette maison.

Les membres du PEVEP manifestent depuis des années sous la direction de Charles Fritz-Gérald et Réginald Antoine pour réclamer des dédommagements et autres primes de révocation. Après avoir mené la vie dure au président Préval, ils sont aujord'hui dans l'opposition au president Martelly qu'ils accusent de de ne pas respecter les promesses qu'il leur a faites.



Cinq (5) membres d’une même famille, dont deux enfants, tués dans des circonstances non encore élucidées à l’Avenue N, à Port-au-Prince

Les victimes sont toutes des membres de la famille d’un dirigeant d’une association d’employés licenciés des entreprises publiques

Publié le mardi 13 mars 2012, [jmd/Radio Kiskeya]

Cinq (5) membres de la famille du coordonnateur adjoint de la Plateforme des employés victimes des entreprises publiques (PEVEP), Réginald Antoine, ont été tués mardi à l’aube en leur résidence sise à l’Avenue N, à Port-au-Prince.

Selon Réginald Antoine, des individus armés ont fait irruption dans la maison où ils ont commencé à molester les personnes qui s’y trouvaient. Ces dernières, dont son frère et sa sœur, Claudy et Nancy Antoine, ainsi que son beau-frère Wilson, qui tentaient de résister à l’agression, ont été abattus par balle.

Les agresseurs ont par la suite lancé à l’intérieur de la maison un engin qui serait une grenade dont l’explosion et l’incendie qui s’en est suivi ont tué les nièces du coordonnateur du PEVEP, Insara et Shelda Antoine, âgés de deux et dix ans.

Réginald Antoine qui affirme avoir été élevé dans cette maison, ne s’y trouvait pas au moment du drame. Il lance un appel aux autorités pour que les auteurs du carnage soient retrouvés et châtiés.

Une source policière a confié à Radio Télé Métropole que la tuerie serait un acte de vengeance contre Claudy Antoine perpétré par un évadé de prison qui serait de plus un psychopathe. La police disposerait d’informations précises à ce sujet, rapporte la station.