Gonaïves : Manifestation contre Martelly

Gonaïves : Manifestation contre Martelly

Par Isabelle L. Papillon,Haiti Liberté,le 17 Juillet 2012

http://www.haiti-liberte.com

Quinze jours après la mobilisation de petits propriétaires de Pétion-ville contre le pouvoir Kale Tèt de Michel Martelly et de Laurent Lamothe, ce lundi 9 juillet c’était au tour de la population des Gonaïves, Nord du pays de manifester. Plusieurs centaines de personnes, pancartes en mains exprimant leurs revendications, ont manifesté ce lundi aux Gonaïves (Artibonite, nord) en vue d'exiger du gouvernement l’amélioration des conditions de vie de la population. Les manifestants qui déploraient le fait que leur situation avait empiré, exigeaient aussi la construction d'infrastructures dans la 4ème ville du pays, notamment le marché public, l'Hôpital La providence et la prison civile détruite lors des mouvements violents de l'opposition GNBiste en janvier 2004 contre le président Aristide.

A cause du caractère peu convainquant des programmes sociaux du gouvernement, ils ont exigé un meilleur encadrement pour les planteurs des sections communales. Le député des Gonaïves, Sadrack Dieudonné qui accompagnait les manifestants a également demandé aux autorités de travailler en vue de donner suite aux revendications de la population.

Le coordonnateur du parti " Convention Unité démocratique ''a pour sa part qualifié lundi de démagogie politique les différents programme à caractère social mis sur pied par le gouvernement dont " Kat wòz et kredi wòz pou fanm, katye pa m poze" (carte rose et crédit rose), aux couleurs du mouvement du chef de l'Etat. Evans Paul estime que ces types de programmes ne sont pas susceptibles d'améliorer les conditions de vie de la population, parce qu'ils ne sont pas structurés et que leur seul objectif est, selon lui, la propagande politique. Le responsable de la KID appelle le parlement à stopper l'Exécutif dans ce genre de démarches qui tend à leurrer le peuple haïtien.

Pour sa part, la population du département du Sud d’Haïti menace de se soulever contre le gouvernement Kale Tèt Martelly/Lamothe dans les jours à venir . Elle confronte actuellement toutes sortes de problèmes socio-économiques liés au chômage, à l’éducation, à la santé, à l’environnement, au manque d’infrastructures et d’énergie, à la faim, la misère et autres dont des difficultés d’ordre juridique. Les habitants de la qutrième ville du pays se sont montrés très offusqués de la façon dont le gouvernement central de la république de Port-au-Prince gère le pays. Ils dénoncent ouvertement une politique « Tizanmi », des petits amis avec des projets bidons, qui n’ont rien à voir avec les problèmes fondamentaux de la population. Ils se sont dits prêts à protester contre les manoeuvres politiciennes de l’équipe Kale Tèt qui prend plaisir à leurrer la population avec certains programmes démagogiques, au lieu de poser la base pour la décentralisation effective.

Face à cette situation de fait, les habitants du Sud menacent de passer à l’action sous peu contre le gouvernement, notamment le président de la République, Michel Joseph Martelly. « Nous nous sommes sacrifiés lors des élections de 2010-2011 pour le propulser au pouvoir dans l’espoir de vivre un lendemain meilleur. Maintenant Nous ne constatons que le contraire de nos attentes. C’est le chômage, la misère, la faim qui nous tuent. Nous souffrons, et cela nous énerve» , s’indignent-ils.

Le mois dernier, les habitants du plus grand bidonville de la commune de Pétion-ville, Jalousie sont descendus dans les rues de la capitale pour protester contre le gouvernement cynique de Martelly/Lamothe qui voulait les déloger de la zone où ils vivent depuis des décennies. Ils dénoncent la politique anti-peuple qui veut tout simplement protéger les intérêts de la bourgeoisie. Ils se préparent à descendre à nouveau dans les rues pour faire respecter la loi et les droits du peuple haïtien. «On nous a intimé l’ordre de vider les lieux dans un délai ne dépassant pas 15 jours, alors que les bourgeois continuent de construire, comme bon leur semble. Pourquoi cette politique de discrimination ? », s’interrogent-ils

A Port-au-Prince, les jeunes regroupé au sein du Mouvement de Liberté, d’Egalité pour la Fraternité des Haïtiens( MOLEGHAF ), évoluant dans l’un des quartiers populaires de la capitale, Fort-National, n’ont jamais cessé de manifester par devant le Ministère des Affaires Sociales et du Travail, chaque mardi pour exiger le changement dans les conditions de vie de la population qui croupit dans une misère chronique. Ces jeunes exigent aussi la création d’emplois décents leur permettant de répondre à leurs besoins urgents. Au lieu de satisfaire les revendications de la population, le gouvernement a procédé arbitrairement à l’arrestation des membres et les a jetés en prison depuis plus de 22 jours, sans les déférer par devant un juge.