Le Nouvelliste rejette les accusations diffamatoires de l’ancien président, Michel Martelly à son encontre

Par AlterPresse, Haïti, publié le 7 mars, 2019 

Le journal haïtien Le Nouvelliste a dénoncé les propos jugés diffamatoires de l’ancien président Michel Martelly proférés à son encontre. 

Lors d’une interview accordée à un journaliste dans le cadre du bilan de sa participation au carnaval de la ville des Cayes (Sud), Michel Martelly a indiqué que Le Nouvelliste aurait marchandé sa ligne éditoriale auprès de son ancienne administration. 

« Monsieur Michel Martelly a clairement diffamé Le Nouvelliste à plusieurs reprises. Le Nouvelliste n’a jamais vendu, n’a jamais marchandé ni négocié sa ligne éditoriale auprès de Monsieur Martelly. Monsieur Martelly prend ses rêves pour la réalité », rejette le journal. 

Le Nouvelliste dit se réserver « le droit d’intenter une action en justice en vue de sommer Monsieur Michel Martelly de produire les preuves de ses accusations des tentatives de chantage, des paiements et les copies des articles complaisants commandités par ses soins ou par les institutions à ses ordres pendant la période où il avait la haute main sur les milliards du Trésor public ». 

« Les critiques, remarques et reportages du journal seront toujours à la hauteur de la performance des acteurs et de la réalité constatée sur le terrain », rappelle-t-il, à l’attention du président comme du chanteur. 

Réputé pour ses grivoiseries et agissements, Martelly a coutume de s’en prendre à la presse notamment suite à la diffusion d’informations concernant la mauvaise gestion de fonds publics, durant sa présidence. 

Le vendredi 2 février 2018, il a insulté, le présentateur Edmond Jean-Baptiste, lors de l’émission Matin Caraïbes, diffusée sur les ondes de Radio-Télé Caraïbes (Rtvc) parce que l’animateur le questionnait sur ses dérives. 

Ses attaques ont été multiples, notamment envers la presse, comme les injures proférées contre le journaliste Germain Etienne de Scoop FM le lundi 3 octobre 2011, et le tchuipe (geste de dédain) à l’endroit du journaliste Eddy Jackson Alexis (actuellement secrétaire d’État à la communication), le 3 février 2012. 

Il y a aussi, entre autres, ses propos irrévérencieux et menaçants à l’endroit des journalistes Liliane Pierre Paul de Radio-Télé Kiskeya et Jean Monard Metellus de la radio privée Caraïbes FM, l’agression verbale vis-à-vis d’une femme lors d’un meeting politique à Miragôane, en juillet 2015.