At least four killed as police clear settlement

At least four people were killed on July 23 at the hands of the Haitian national police and government at Parc La Visite, a national park located in the mountains between Port au Prince and Jacmel. Police, judicial and government officials converged to forcibly remove what they consider to be a squatter settlement on public lands. People have been living there for decades.

The news of this deadly attack has scarcely been published or reported abroad.


 
Haiti: At least 4 die in police eviction in national park

The Associated Press - July 27, 2012
PORT-AU-PRINCE, Haiti - Investigators from the United Nations' peacekeeping mission in Haiti are trying to figure out how at least four Haitians died after police officers carried out an eviction in a national park. A statement on Friday from the U.N. said the killings took place in the southeastern town of Seguin, but didn't say when. Several people were also injured.

The U.N. mission also said that forced evictions are contrary to international human rights when alternative housing isn't provided. A Haitian police spokesman said he wasn't aware of the episode but would look into it. He couldn't be reached later in the day.

 

Massacre at La Visite

By Dady Chery, 'Haiti Chery', July 27, 2012
“The right to own property does not extend to the coasts, springs, rivers, water courses, mines and quarries. They are part of the State’s public domain.” – Haitian 1987 Constitution, Section H, Article 36-5.

Marigot is a picturesque fishing town near Haiti’s larger southeastern city of Jacmel. The area is reputed for its market-day Saturdays that attract people from far and wide, include the finest restauranteurs, who travel there to buy the best lobsters, fish and shellfish. The fishing is artisanal, and for some time the fishermen have been asking the government to assist them with credit, fishing equipment and modest facilities such as a refrigerated room. There has been no response. The government has other plans for the region.

There is tourism in Marigot: a few cabins for those visitors who are drawn to the area for its virgin coast and forests such as that of La Visite Park. To hotel builders, these wild places are merely « undeveloped » areas.

A year ago, Martelly toured Haiti’s Southeast in the context of promoting tourism and held a roundtable under the theme 'The development of Jacmel and the surrounding area as a tourist destination.' Even then, well before the amendments to the 1987 Constitution, there was already casual talk about private beaches.

“We have a huge deficit of hotel rooms [in Haiti],” complained President of the Tourism Association of Haiti, Max Chauvet.

Certainly, one of the most beautiful areas of Marigot for its breathtaking vistas is La Visite Park, a nature preserve that straddles the hills of Marigot and Kenskoff. The region is also home to a watershed that currently serves as a reservoir for the West and Southeast Departments, including Jacmel and the capital city of Port-au-Prince.

During the week of July 15, Haiti’s Ministries of the Environment and of Public Security ordered a group of residents of La Visite Park to evacuate the area, presumably because the government had been advised by experts that the eviction is necessary to safeguard the watershed and prevent the water level from dropping. There was no mention of a new location for the families to be displaced. To compensate for the lost homes, the government offered each family $1,160, to be disbursed in equal installments before and after the eviction. The residents calculated that the funds would not allow them to buy farm land in a different location, and they refused to leave. The families had received similar injunctions from Jean-Claude Duvalier’s dictatorship in the 1980’s. They had always resisted.

On Monday July 23, around noon, a group of 36 commandos from the Departmental Unit for Maintainance of Order (UDMO), together with Jacmel Representative Lafontant Pierre Michel, Police Chief Ovilmar Sagesse, Government Commissioner Antoine Jean Feraud, and local officials of the Marigot City Hall (recall that all municipal officials have been replaced by presidential appointees) arrived in La Visite Park to evict the 142 families. The families had lived there since 1942 in an area called Galèt Sèk, which belongs to a larger neighborhood called Seguin à Chevale.

When the commandos tried to remove the residents by force, they fought back with stones in a battle that lasted 4 hours. Dozens were injured. Initial reports noted that 4 children were shot dead along with 8 adults. Among the dead are: Desire Enoz – 32 years old; Nicolas David – 28 years old; Robinson Volcin – 22 years old; Desire Aleis – 18 years old. The childrens' bodies have disappeared.

Police Chief Ovilmar Sagesse initially denied that anyone had been killed and told the press that 5 policemen had been injured by stones, and the operation had to be aborted to avoid loss of life (July 25 AHP).

In addition to the human loss, three houses were burned to the ground, numerous others were ransacked, and four oxen were killed. According to well-known Jacmel resident Mr. Frisnel Ticon, a significant area of trees and shrubs was also burned (July 27 HPN).

Since the massacre, a delegation from MINUSTAH’s communications office, UN police, and Civil Affairs visited the site and spent several hours in discussion with community leaders, the victims’ families and grieving neighbors. To represent the victims, the townspeople formed a four-member committee: Nadege Excellus (representative of women victims), Estinvil Sainvilus (ASEC), Jean Dais (community leader), Felix Pierre (member of the Organization for the Development of the Séguin Neighborhood).

So far no date has been set for a meeting of the community with the Haitian government. Since the massacre, no Haitian official has appeared in Seguin.
 

Entre 4 et 8 personnes auraient été tuées dans des affrontements entre la police et des citoyens installés au Parc La Visite

Jacmel, le 25 juillet 2012 - (AHP) - Entre 4 et  8 personnes auraient trouvé la mort  dans des affrontements entre des agents de la police nationale et des familles installées au Parc La Visite dans la commune de Marigot (sud-est).

Les incidents ont commencé, alors que la police tentait de déguerpir  de force ces citoyens qui se seraient installés illégalement dans ce site naturel. Ces derniers ne se seraient pas laissé faire et ont tenu tête aux policiers. Des balles et des jets de pierres auraient alors été échangés.

Un membre de l'organisation pour le développement du quartier de Séguin, Felix Pierre, a fait état de 8 personnes tuées par la police. Un  responsable paysan, Fritz Gustave a plutôt fait etat de 4 morts.  Cependant, le Directeur de la police du Sud-est,  Ovilma Sagesse, s'est inscrit en faux contre ces déclarations. Il a fait savoir au contraire que 5 policiers ont été blessés par les occupants du Parc qui les ont accueillis à coups de pierres.

" Face à l'agressivité de ces individus, nous avons dû suspendre l'opération pour éviter qu'il y aut des victimes". a dit M. Sagesse.

 

Quand l'Etat veut récupérer le Parc La Visite

Jean Pharès Jérôme, Le Nouvelliste, le jeudi 26 juillet 2012

Huit morts au sein de la population contre cinq blessés parmi la police auraient été enregistrés en début de semaine au Parc La Visite lors d'une tentative de déménagement de 140 familles vivant dans le site. L'opération a tourné au cauchemar. « Une trentaine de policiers qui accompagnaient une délégation de la Protection civile ont dû faire marche arrière face à la colère de la population », a indiqué le directeur départemental de l'Environnement du Sud-Est, l'agronome Arcène Bastien, sans parler d'affrontement violent entre les policiers et la population.

Pourtant des photos circulant sur le net montrent des corps ensanglantés identifiés comme les cadavres de membres de la population vivant à l'intérieur du parc. Un article posté sur http://referenceijc.skyrock.com révèle même l'identité des victimes.

Si l'agronome Bastien reconnaît qu'il y a eu une situation de confusion au parc La Visite, il se montre prudent par rapport au bilan présenté dans la presse. « Notre équipe est sur le terrain, mais on n'a pas pu retrouver les cadavres, ni identifier les parents des victimes », a-t-il déclaré comme pour démentir l'autre version des faits. Arcène Bastien a, par ailleurs, fait état de plusieurs blessés parmi les policiers qui accompagnaient la délégation.

Que s'est-il passé exactement ? Le journal n'a pas pu entrer en contact avec aucun membre de la population du parc La Visite, ni avec le porte-parole de la Police nationale d'Haïti pour avoir leur version des faits. Le directeur départemental de l'Environnement du Sud-Est a, de son côté, expliqué qu'il y avait eu une entente entre les 140 familles recensées à l'intérieur du parc La Visite et la Direction de la Protection civile mandatée pour les déloger. « Beaucoup de familles ont déjà empoché les 50 000 gourdes promises comme compensation », a-t-il fait remarquer pour montrer qu'il n'a jamais été question de déloger les familles par la force.

Selon l'entente trouvée entre la Protection civile mandatée par la Délégation départementale du Sud-Est et la population, une date a été retenue pour commencer l'opération de délogement. « C'est dans cette optique qu'une délégation de la Protection civile et de représentants d'autres institutions accompagnés d'une trentaine de policiers s'était rendue sur les lieux, a avancé l'agronome Bastien. Les policiers étaient là pour accompagner les familles jusqu'à leur nouvelle demeure. »

« Contrairement à ce qui a été planifié, des fauteurs de trouble avaient infiltré la population et l'a dressée contre la délégation », a-t-il poursuivi en niant tout acte de violence des policiers contre les gens vivant dans le parc La Visite.

Malgré ce qui est arrivé, Arcène Bastien annonce que le processus de délogement des familles vivant dans le parc La Visite va se poursuivre. « Sauver le parc La Visite est un impératif », a-t-il conclu en soulignant la nécessité de reprendre les pourparlers avec la population.

 

Operation sanglante par la police au Parc La Visite

Reference Institut de Journalisme et de Communication (RIJC, Jacmel), le 26 juillet 2012
(See web link for photos).

Une situation très tendue s'est régnée lundi 23 juillet dernier au environ de midi à Seguin, commune de Marigot, particulièrement au Parc la Visite, lors d'une intervention des forces de l'ordre visant à déguerpir plus 140 familles au Parc occupant cet espace depuis 1942. Des rafales de cartouches ont été tirés et des pierres ont été lancées, selon certains survivants, l'opération a duré environ deux heures, au moins 8 personnes sont mortes du côté de la population civile et 5 policiers ont été blessés.

D'après les informations encore non vérifiées, le nombre de victimes tuées pourraient être augmenté considérablement. Jusqu'ici 4 cadavres ont été retrouvés (Désir Enoz - 32 ans ; Nicolas David - 28 ans, Robinson Volcin – 22 ans et Désir Aleis - 18 ans), 4 enfants sont portés disparus, 3 maisons complètements incendiées, tandis que quatre autres saccagées, 3 bœufs ont été abattus. Alors que les autorités voulaient faire semblant qu'ils n'avaient pas eu de victimes au part-avant.

Un commando ayant à sa tête le délégué départemental du Sud est, le commissaire du gouvernement, le Directeur départemental de la PNH, et un juge de paix se sont rendus sur les lieux lundi 23 juillet aux environs de midi abord de 6 véhicules et une ambulance de la croix rouge Haïtienne. La population locale très furieuse de ce débarquement surprenant du commando a affronté les forces de l'ordre composées de 36 agents de l'unité départementale de maintien d'ordre (UDMO), dirigées par le Directeur départemental de la PNH.

Il y a déjà plusieurs jours depuis que le gouvernement central avait donné l'ordre du déguerpissement de ces familles, par le bais du Ministère de l'Environnement et le Ministère de la sécurité publique. Des instructions ont été données aux autorités au niveau départemental de faire respecter la loi.

Depuis cette opération sanglante, aucune autorité de l'état n'a toujours pas fait acte de présence à Seguin, de plus des barricades ont été érigées par la population de cette zone. Par ailleurs, des démarches négociations ont été tentées, cependant n'a rien abouties comme résultats.

En vue de calmer la colère de la population après ce massacre impliquant le bureau de la délégation départementale du Sud est, de la police, de la justice, la mairie de Marigot et de la Croix-Rouge haïtienne, une délégation des Affaires Civiles accompagné des policiers des Nations Unies et du bureau de la communication de la Minustah à Jacmel s'est rendue sur les lieux.

Après plusieurs heures de discutions avec les policiers cantonnés dans le sous-commissariat de la zone, des leaders de la communauté, des familles victimes et voisins éplorés. Un comité de quatre membres a été constitué, sous la direction des Affaires Civiles de la Minustah étant intermédiaire, désigné par la population victime afin de discuter avec les autorités tels que : Nadège Excellus, représentante des femmes victimes, Estinvil Sainvilus (ASEC), Jean Dais, leader communautaire, et Pierre Félix, membre d'une organisation de la zone. Les autorités de la délégation départementale, de la police et de la justice devraient fixer une date urgente pour une rencontre afin de dénouer cette situation.

« Dès les années 1980 et jusqu'aujourd'hui aucune recommandation n'a été mise en action et aucun suivi n'a été fait » selon le délégué. Le seul élément disponible de cette négociation jusqu'à date reste sans suivi. Une enveloppe de cinquante mille (50 000) gourdes a été promise à chaque famille en deux versements, soit avant et après le déguerpissement mais sans leur indiquer la destination de la relocalisation. Devant cette situation frustrante, la population s'est montrée retissant. D'après les membres de la population ce fonds est trop maigre leur permettant d'acheter un terrain, de plus de trouver un lopin de terre agricole et fertile.

Notons que le Parc la visite est une réserve naturelle située sur les hauteurs des collines à cheval entre les communes de Marigot et Kenskoff respectivement du Sud'est et l'Ouest. Depuis 1942 des populations venant des communes environnantes ont commencé à s'installer sur certaines parties de cette réserve naturelle déboisant la couverture forestière à des fins agricoles.

Par sa nappe phréatique, cette réserve naturelle constitue aussi un réservoir d'eau pour les départements de l'OUEST et du Sud-est en passant par la capitale Port -au -Prince et la ville de Jacmel. Selon l'avis des experts, le niveau d'eau diminue sensiblement au fil du temps et les effets sont visibles dans les bassins versant et dans les deux villes haut-mentionnées. Des recommandations ont été faites au gouvernement pour prendre les mesures afin de protéger la réserve en passant par le déguerpissement de cette population de 140 familles.

L’RIJC est laïque et indépendante de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; elle tend à l’objectivité du savoir ; elle respecte et encourage la diversité à tous niveaux, notamment celui des opinions. Cette une institution de communication et de Journalisme de Jacmel qui diffuse des informations tant sur le plan régional, national et international. A travers des articles, dépêches, brèves et édito…

Pour la Direction de rédaction : Claudy Belizaire Claudyb15@yahoo.fr