Les élections-sélections se poursuivent !

Par Marie Laurette Numa, Haïti Liberté, édition du 25 janvier, 2017 

Le dimanche 29 janvier 2017, le Conseil électoral Provisoire attend de pied ferme les électeurs. Même les personnes handicapées en âge de voter ont été invitées de sorte qu’ils reprennent le chemin des urnes pour participer au second tour des législatives partielles. Comme quoi, c’est vraiment le peuple qui va élire les 570 postes de cartels pour les Casec, les 568 pour les Asec, les 139 pour les délégués de ville et le tiers du Sénat. 

En effet, pour aboutir à cette fin de récidivisme, le Conseil Électoral Provisoire et la Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES) avaient lancé à l’hôtel Ritz Kinam 2 à Petionville du 22 au 24 janvier 2017 une activité de mobilisation baptisée : le salon des élections du 29 janvier 2017. La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence de la cheffe civile de la Minustah Sandra Honoré représentante spéciale du secrétaire générale des Nations Unies en Haïti et Alexandra Rossi la directrice de la Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES) ; sans oublier une pléiade de candidats. 

Vu que le Cep d’occupation depuis Gaillot Dorsinvil jusqu’à Léopold Berlanger en passant par le dangereux Pierre-Louis Opont est tout à fait discrédité, plus de 80% des électeurs avaient boudé les élections du 20 novembre dernier. C’est dans cette perspective que le Cep a pris cette initiative pour encourager l’électorat à prendre part au second tour des élections législatives et locales. 

Pour garantir les gens à ne pas les mettre dans l’embarras de sorte qu’ils fassent aisément leurs élections-sélection pour cacher la réalité, comme quoi, c’est une affaire d’insécurité qui a forcé les gens à rester chez eux, les autorités policières annoncent que les forces de l’ordre seront renforcées. L’inspecteur Jean Saint-Fleur responsable de la sécurité des élections au sein de la Police nationale d’Haïti (PNH) a indiqué que « 2,000 à 3,000 policiers supplémentaires seront déployés dans tous les départements » Ils seront assistés par les agents de police de la force d’occupation la Minustah, de l’UNPol [Police des Nations-Unies] et de la FPU [Forces de police spé- cialisée]. 

Ainsi à partir du vendredi 27 janvier, toutes les manifestations de rue seront interdites et ajouté à cela 4,569 observateurs nationaux et 600 observateurs internationaux ont été enregistrés. 

Pour le Sénat, les candidats seront ainsi opposés : A l’Ouest, Fednel Monchery du (PHTK) 21.74% et Pierre Paul Patrice Dumont (RPH) 18.68%. Dans le Nord Jean Marie Ralphe Fethiere du (PHTK) 35.68% et Theodord Saintilus de (Pitit Dessalines) 14.04%. Au Nord Ouest Kedlaire Augustin du (PHTK) 33.62% et François Lucas Sainvil de (MOSANOH) 15.79%. Dans le Centre Rony Célestin du (PHTK) 31.73% et Abel Descollines du (KID) 18.89%. A la Grand’ Anse Riche Andris de l’(OPL) 30.77% et Jean Rigaud Bélizaire du (Consortium) 28.46%. Dans le Sud Pierre François Silidor du (PHTK) 25.51% et Fritz Carlos Lebon de (Fanmi Lavalas) 25.33%. Dans les Nippes Denis Cadeau (Bouclier) 21.08% et Louberson Vilson (Fanmi Lavalas) 21.03%. 

Un fait à signaler est que les partis contestataires de la Présidentielle en l’occurrence Pitit Desalin et Fanmi Lavalas continuent tout bonnement leur course dans le processus électoral. Quel geste d’opportunisme et de non respect aux principes de ces deux partis ! Qui pis est, cette dernière nouvelle n’est pas une insolite, c’est du sérieux. En effet, les ex-sénateurs Lavalas Pierre Francky Exius et Yvon Buissereth ont choisi de supporter dans le Sud le candidat du PHTK de Martelly et de Jovenel Moise face à Fritz Carlos Lebon candidat au Sénat pour leur parti Fanmi Lavalas. 

L’ex-sénateur Francky Exius pour justifier sa bêtise a déclaré : « c’est un choix réfléchi, qu’il a fait en raison de son amitié avec le candidat du PHTK et en concertation avec sa base politique ». Quels drôles de politiciens et de partis sans aucun décorum sont-ils!