Entreprise canadienne reçoit un contract pour fabriquer d'habitations temporaires

(19 juin, Agence Haitienne de Presse)

Maisons Laprise de Montmagny (Canada) obtient  un contrat de 28 millions $ pour fabriquer 7500 unités d'habitation temporaires pour les communautés sinistrées de Jacmel et de Léogâne

Maisons Laprise de Montmagny vient de décrocher un contrat d'une valeur de près de 28 millions $ pour fabriquer 7500 unités d'habitation temporaires qui seront acheminées à partir de cet été aux communautés sinistrées de Jacmel et de Léogâne en Haïti.

Le fabricant de maisons préusinées a été sélectionné parmi une dizaine d'entreprises canadiennes. «Un premier contrat de 13,8 millions $ pour 3700 maisons a été alloué, et si tout va bien la seconde phase se poursuivra dès cet automne», a précisé Jean-Philippe Tizi, directeur des opérations à Haïti pour la Croix-Rouge canadienne. M. Tizi explique que les négociations sont encore en cours avec le gouvernement haïtien afin de trouver suffisamment de terrains pour construire ces habitations.

Chaque habitation coûte environ 4000 $ à la Croix-Rouge canadienne, excluant les frais de transport. Le type d'habitation choisi répond aux besoins et aux attentes de la communauté haïtienne, explique-t-il. «C'est le plus important projet que la Croix-Rouge canadienne gère présentement en Haïti», mentionne M. Tizi, qui prévoit bâtir une centaine d'habitations par semaine à compter de la fin juillet, moment où seront envoyées par bateau les 500 premières maisons.

«Après des mois de développement et de conception, SNC-Lavalin, avec le soutien technique de Maisons Laprise, a mis au point un tout nouveau produit d'habitation temporaire. L'habitation que nous allons fabriquer mesurera 18 mètres carrés. Elle sera composée d'un bâti en bois, d'une enveloppe extérieure de contreplaqué et d'une toiture en tôle ondulée», explique le président de Maisons Laprise, Daniel Laprise, précisant que malgré son allure modeste, l'habitation a été conçue pour résister à des séismes semblables à celui du 12 janvier et à des vents pouvant atteindre 240 km/h.

En trois semaines seulement, M. Laprise a dû mettre sur pied une usine consacrée au projet et embaucher de nouveaux travailleurs.

Un investissement de près de 1 million $ dans le projet Haïti.

Ce contrat nécessitera 15 millions de PMP de bois. Daniel Laprise dit qu'il priorisera le bois québécois s'il en trouve en quantité suffisante. «La Croix-Rouge est très concernée par la déforestation à grande échelle et elle doit s'assurer que le bois provient de forêts gérées de façon durable, c'est-à-dire de sociétés qui détiennent une certification et une chaî ne de traçabilité. Nous priorisons aussi une gestion respectueuse visant 0 % de rebuts», précise-t-il. Les habitations temporaires seront en production dès le 28 juin dans l'ancienne usine de 50 000 pieds carrés de Morigeau Lépine à Saint-François, située à une quinzaine de kilomètres de Montmagny. Daniel Laprise prévoit produire 1000 habitations par mois, une cadence qui correspond à une habitation chaque huit minutes et demie.

Déjà une trentaine de travailleurs ont été dénichés à la suite d'une vaste campagne de recrutement pour 60 postes d'opérateurs, d'assembleurs, de manutentionnaires et de superviseurs à pourvoir.