Agir, c’est maintenant le temps d’agir !

Par Berthony Dupont, Haïti Liberté, édition du 30 janvier au 5 février 2019 

L’impérialisme a toujours été le plus grand obstacle sur la voie de l’émancipation et du progrès des pays et des peuples qui luttent pour atteindre des niveaux de vie conformes aux normes les plus élémentaires du bien-être et de la dignité humaine. 

Aujourd’hui, l’heure est grave ! Les forces impérialistes sont plus que jamais assoiffées de pétrole. Leur corollaire, le colonialisme, et leurs fantoches se convergent pour essayer d’abattre au Venezuela la révolution bolivarienne du XXIème siècle. Cette agression de la réaction internationale ne doit pas se solder par un deuil national,  mais par la victoire de la mobilisation et de la dignité du peuple vénézuélien contre la loi de la jungle. Ce fait doit être un exemple de soutien bien tracé montrant que la force des masses organisées peut contrecarrer et empêcher que l’arrogance et l’ingérence étrangères continuent de dicter et imposer leur loi. 

Pour cela, il ne suffit pas seulement de dénoncer ni de prononcer une condamnation de plus du geste indécent et impopulaire des dirigeants Yankee ! Le peuple vénézuélien a grandement besoin de nous autres progressistes, révolutionnaires conséquents, de sorte qu’une ceinture de solidarité internationale soit construite autour du gouvernement légitime du Venezuela pour éviter sa liquidation et celle de la résistance populaire. 

Ce que le Venezuela attend de nous, c’est de la mobilisation partout et surtout dans tous les pays qui ont fait corps avec Trump, puisque seule une lutte sans merci permettra de résoudre une fois pour toute cette contradiction éhontée. Peuple haïtien, aidons nos frères vénézuéliens, n’attendons pas la dernière minute pour agir, ce sera peut-être trop tard. Agir, c’est maintenant puisque les Etats-Unis et ses pays vassaux ne s’attardent pas sur les moyens pour nous faire accepter la loi du plus fort.  Ils achèvent de s’équiper et de s’agrandir, de façon à préparer de nouvelles agressions. Voilà pourquoi  le gouvernement Canadien vient d’inviter le groupe de Lima à se rencontrer sur son territoire le 4 février prochain. 

Les impérialistes et leurs valets font feu de tout bois et se débattent de tous côtés dans leur agonie pour faire plier les plus faibles. Nous autres Haïtiens, le meilleur soutien que nous puissions donner au peuple vénézuélien en lutte contre les agressions des forces obscures internationales, c’est de combattre pour la libération du peuple haïtien. Il s’agit de mener directement, à l’instant même, une lutte incessante, active chez nous, contre les réactionnaires au service de l’impérialisme. En d’autres termes, il s’agit de scier la corde sur laquelle s’assoit le régime pourri et corrompu de Jovenel Moise/Jean-Henry Céant pour arrêter le bras des assassins terroristes, les véritables bourreaux  à la traine de Donald Trump. 

La dite opposition dit populaire et démocratique n’a trouvé sujet dans les dernières actions du gouvernement à l’endroit du Venezuela. C’est du fait qu’elle-même se conforme convenablement aux objectifs du capitalisme. Sa lutte n’est qu’un simulacre et une farce pour embarquer les masses populaires haïtiennes sur la même rive d’exploitation impérialiste. 

La solidarité que les masses Vénézuéliennes attendent ne doit pas être diffuse, purement verbale, fantaisiste dans des discours creux sans action réelle et conséquente, des déclarations hypocrites de circonstance sans engagement réel dans un combat sans merci pour s’affranchir de la domination coloniale étasunienne et de toutes ses formes d’oppression. 

Le faux prétexte que les bandits ont brandi pour justifier leur agression contre un Etat souverain et indépendant sera demain utilisé contre n’importe lequel de nos pays pour justifier leurs intérêts hégémoniques. Ils sont capables de tous les crimes et ne reculeront devant rien, ces réactionnaires. C’est la besogne du capitaliste destructeur de tenter de salir ses victimes avec sa presse domestiquée qui ne fait que répéter à satiété des mensonges. Nous ne pouvons en aucune circonstance admettre, tolérer, qu’un pays se comporte en gendarmes pour indiquer aux autres la voie politique, économique et sociale à suivre. 

La lutte du peuple Vénézuélien et son gouvernement constitutionnel face au monstre impérial est nôtre et doit inspirer tous les combattants. La liberté du peuple vénézuélien renforcera la nôtre, Son indépendance consolidera la nôtre et sa victoire sera celle de tous les peuples opprimés et exploités. Ce n’est qu’en coopérant les uns avec les autres qu’on arrivera à vaincre l’impérialisme. 

Soyons tous du piment dans l’oeil du système capitaliste ! A quoi serviraient donc notre cordon de solidarité, nos manifestations de soutien envers le Venezuela si nous ne combattons pas notre propre gouvernement vassal de l’impérialisme américain ? 

Il est temps d’agir ! Agissons maintenant contre nos marionnettes de gouvernement qui ont apporté leur pleine solidarité à l’inacceptable hostilité à l’égard de la révolution bolivarienne ! 

A la violence impérialiste assoiffée de pétrole et de richesses des peuples, opposons la riposte révolutionnaire ! Nous sommes certains que le peuple et le gouvernement vénézuéliens resteront révolutionnaires et que toutes les machinations qui se tissent contre eux s’effondreront ! 

Vive la lutte des masses laborieuses vénézuéliennes jusqu’à leur pleine libération !