Corruption: le ministre Roosevelt Bellevue limogé !

Par Marie Laurette Numa, Haïti Liberté, édition du 30 août au 5 sept. 2017 

Le lundi 28 août 2017, au cours d’une conférence de presse tenue au Palais national par l’équipe de communication de la présidence, des rumeurs de corruption au sein de l’administration Moise-Lafontant qui faisait la une de l’actualité se sont révélées presque vraies. Puisque dans le cadre de la rentrée des classes 2017- 2018 prévue pour le lundi 4 septembre 2017, le gouvernement dans l’esprit de mystifier la population avait l’intention de distribuer des kits scolaires à certaines familles. Ainsi deux ministères chargés de la distribution de ces kits auraient effectué des transactions louches à savoir qu'ils ont surfacturé les coûts, ce qui a permis aux racketteurs de ces dits ministères d’empocher la somme de 950 mille dollars américains. C'est ce qu'a fait savoir le porte-parole de la présidence Lucien Jura. 

On a parlé de deux ministères sans citer leurs noms qui sont impliqués dans la commande des 50 000 kits scolaires. Ils auraient sans nulle doute été pris la main dans le sac : le prix normal d’un kit est de $17.00, mais dans la facture il a été augmenté jusqu’à $36.00 l’unité. 

Cette crise frappant de plein fouet le gouvernement a mis en lumière les réalités corruptrices des institutions du pays existant depuis belle lurette, surtout pendant l’ère du régime révélateur de cas de mauvaise gestion, de fraudes, de trafics de drogues du PHTK. 

Ainsi, selon le porte-parole de la présidence, Lucien Jura « le chef de l’Etat Jovenel Moise a donné officiellement les instructions pour que les autorités puissent conduire une enquête devant apporter des éclairages nécessaires et fixer les responsabilités ». Pour ajouter ensuite : « Peu importe l’individu mis en cause, il se retrouvera seul devant la loi. La vérité doit en être rétablie. La population devra s’enquérir de la conclusion de cette enquête. Ce qui permettra de sévir contre les coupables conformément aux voeux de la loi. » 

Cependant jusqu’à présent, rien n’est dit, quelle instance prendra en charge cette enquête ? La présidence pour sa part n’a donné aucune suite après la conférence de presse ; est-ce pour dire que l’enquête se poursuit comme à l’accoutumée et ce ne serait que des mots vagues, des paroles rien que des paroles du président pour amadouer la population. 

Le ministre des Affaires sociales et du Travail (MAST), Roosevelt Bellevue qui semble mouillé n’a pas tardé à réagir sur ce dossier de façon à se défendre lui-même car selon les rumeurs, son ministère est fortement impliqué dans cette forfaiture que pratique à bon escient ce système corrompu mis en place dans le pays ainsi que des dirigeants imposés à son application. 

Les premières retombées de ce scandale des Kits surfacturés ont été la révocation du ministre Bellevue ; puisque selon les déclarations de l’un des porte-parole de la présidence en l’occurrence Tamara Orion, les ministres doivent être « au dessus de tout soupçon ». Ainsi, dans un arrêté publié dans le numéro 139 du journal officiel, Le Moniteur, en date du 29 août 2017, le Premier ministre Jack Guy Lafontant est nommé ministre a.i des affaires sociales et du travail. Mais le ministre Bellevue ne pouvait pas agir seul, le directeur du ministère des Affaires sociales et du Travail Rudy Hériveau l’ancien lavalas converti en Tèt kale n’est-il pas impliqué ? Et pourquoi l’autre ministère accusé n’a-t-il jamais été dévoilé ? 

Le gouvernement semble décidé à ne pas laisser traîner ce dossier ; mais il est certain que la soi-disant lutte contre la corruption peut devenir aussi une arme dans la lutte d’influence et de clans au pouvoir.