Electrification d’Haïti, création de 20.000 emplois

Haiti.jpg

Par Radio Caraïbes, Haïti, le 3 août 2017 

La délégation chinoise qui  séjournait  en Haïti depuis le 26 juillet pour évaluer les premières pistes concernant la reconstruction de la ville de Port-au-Prince, point de départ de la reconstruction d’Haïti, a quitté le pays, ce mercredi . 

Après s'être fait attendre toute la journée de mardi, le Maire de Port-au-Prince, Youri Chevry a finalement  paraphé, vers les 9 heures PM, à Kinam l, en présence d'un nombre important de journalistes,  le contrat entre la Société haïtienne BATI AYITI, dirigée par l’ancien Sénateur Amos André, la Mairie de Port-au-Prince et la firme gouvernementale de la République de Chine Populaire, Southwest Municipal Engineering and Design and Research Institute of China . 

Des travaux de grande envergure  figurent dans l'accord, telles  la construction d’une Centrale Electrique de 600 Mégawatts pour électrifier Port-au-Prince et tout le Pays, la Construction du local de la Mairie, la construction des Marchés, la Construction de plusieurs milliers d’appartements au bas de la ville, la construction d’un chemin de fer reliant Port-au-Prince et le reste d’Haïti, etc. 

Cinq Milliards de dollars américains et 20000 travailleurs de secteurs divers, seront mobilisés pour ces travaux qui  devraient démarrer avant la fin de cette année. 

Au total, les chinois prévoient d’investir 30 Milliards de dollars américains en Haïti. 

Cet accord signé en présence de plusieurs personnalités, notamment l’homme d’affaires Hans Tippinauer et les Avocats Newton Louis St Juste et Joseph D. Alexandre, intervient après une semaine de consultation avec des responsables gouvernementaux, des entrepreneurs et d’anciens  fonctionnaires haïtiens dont VVV, le PDG de JEDCO et l’architecte/Urbaniste Lesly Voltaire. 

Il sera acheminé au Gouvernement chinois qui a un délai ne dépassant pas le 30 septembre 2017 pour débloquer les fonds et passer des appels d’offres pour les firmes chinoises intéressées. 

Les appels d’offres pour les firmes haïtiennes et autres seront réalisés par la Société haïtienne BATI AYITI. 

Entretemps, BATI AYITI, la Mairie de Port-au-Prince et leurs partenaires continuent de travailler sur le recrutement du personnel et les espaces nécessaires pour la réalisation de ces travaux qui concerneront en tout premier lieu, le local de la Mairie et les Marchés publics au bas de la ville. 

À lire aussi: Quelle Chine sera la Chine de Jovenel Moïse ?